Récupérateur d’eau de pluie : comparatif, test et guide d’achat 2024

Dernière mise à jour le 6 octobre, 2023

Les réserves d’eau potable ne cessent de diminuer pendant que nos besoins augmentent en raison de la croissance de la population et de nos modes de vie confortables qui encouragent le gaspillage de l’eau. Existe-t-il un moyen de fortement diminuer notre impact environnemental sans réduire notre confort ? Hé bien oui. Vous pouvez installer un récupérateur d’eau de pluie chez vous.

Non seulement ce type de dispositif est peu coûteux mais il vous permettra également de faire d’une pierre 2 coups ! Non seulement vous allez réaliser des économies en utilisant une ressource gratuite, mais vous allez également contribuer à la préservation de la ressource.

Sur ce site, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour vous aider à choisir le meilleur produit. Le guide ci-dessous vous permet de choisir le meilleur récupérateur d’eau adapté à votre besoin. Une fois votre besoin cerné, n’hésitez pas à consulter également mes comparatifs des meilleurs produits classés par catégories.

Enfin, vous trouverez aussi de nombreux articles de blog dans lesquels je vous donne des conseils et astuces afin que vous puissiez utiliser et entretenir au mieux votre dispositif.

Ma sélection des meilleurs récupérateurs d’eau de pluie 2024


25/02/2024 23:17

Pourquoi est-il judicieux d’investir dans un récupérateur d’eau de pluie ?

De plus en plus de foyers s’équipent d’un système de récupération d’eau de pluie en 2024. Nous allons voir pourquoi il s’agit d’un investissement à la fois écologique, militant, pratique et très rentable.

La récupération d’eau de pluie : un acte écologique militant

Tout d’abord, en 2024, on constate une diminution drastique des réserves d’eau potables dans le monde. Selon un rapport de l’ONU, les deux tiers de la population mondiale devraient se trouver en situation de stress hydrique dès 2025. C’est-à-dire que pour cette partie de la population, la ressource disponible en eau consommable sera inférieure à la demande.

manque d'eau de pluie

Cette pénurie d’eau est en grande partie causée par :

  • Une augmentation constante de la population mondiale
  • Un niveau de vie moyen qui augmente et qui favorise toujours plus de gaspillage de la ressource.
  • Les pratiques d’agriculture intensive
  • Le changement climatique
  • La déforestation

S’équiper d’un dispositif de collecte d’eau pluviale permet de lutter à son échelle contre la pénurie d’eau puisqu’à chaque fois que vous utilisez de l’eau collectée sur votre toit, vous évitez d’utiliser celle du réseau puisée dans les nappes phréatiques.

Lutter contre la concentration de forte pluie

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il pleut annuellement toujours autant. Sauf qu’avec le dérèglement climatique, les pluies sont plus fortes et moins régulières. Installer un stockage d’eau de pluie permet donc de capter la ressource lors des fortes pluies et ensuite d’en lisser l’utilisation. Vous préservez donc la ressource et l’environnement en réduisant fortement les risques de ruissellement et donc d’inondation et d’appauvrissement des sols lors des fortes pluies.

En 2024, récolter la pluie est donc devenu une action écologique indispensable pour lutter contre l’épuisement de la ressource.

Se protéger des restrictions tout en préservant la nature

C’est également un moyen de se préserver des pénuries qui touchent la France chaque année en période de canicule ou de sécheresse. Ces périodes sont de plus en plus accompagnées d’interdictions préfectorales d’utiliser de l’eau pour arroser son potager ou pour laver sa voiture.

Attention, ces mesures vont devenir de moins en moins exceptionnelles et ne sont plus réservées qu’à la période estivale comme en témoigne l’interdiction d’arroser sa pelouse du 22 février au 30 avril 2023 décrétée par le préfet des Pyrénéees orientales.

Avec un récupérateur d’eau de pluie, vous pouvez continuer à arroser votre jardin en toute légalité et tout en préservant l’environnement.

Récupérer de l’eau gratuitement

eau gratuite

Préserver l’environnement est indispensable. Mais le faire en gagnant de l’argent, c’est encore mieux ! Hé bien récupérer l’eau de pluie fait partie de ces actions écologiques gagnantes car non seulement cette démarche ne nuit en rien au confort, mais en plus cela permet de faire de belles économies pour un investissement très modeste.

D’après le service public d’information sur l’économie de l’eau, nous en consommons 149 litres par jour et par habitant, soit 54,3 m³. Pour une famille de 4 personnes, cela fait donc un total annuel de 217 m³. En appliquant le coût moyen de l’eau en France en 2023 qui est de 4,14 € par mètre cube, cela fait une facture annuelle de 899 € ! Et vu que seulement 56 % de l’eau consommée nécessite en réalité d’être potable, vous pouvez la remplacer par de l’eau de pluie.

La récupération d’eau de pluie permet donc à une famille de 4 personnes d’économiser environ 400 euros par an ! Et si vous décidez d’installer un système de potabilisation réglementaire, le potentiel d’économie monte à 899€ annuels !

Adaptez rapidement l’estimation grâce au calculateur de Récupérateurdeaudepluie.net !

Et notez que le gain risque fort de grimper à l’avenir car autant il me paraît évident que l’eau de pluie restera toujours gratuite, autant les tarifs du réseau risquent fort de continuer à augmenter ! On note en effet une hausse de 10,7% du coût moyen entre 2011 et 2021 !

Quels sont les 17 principaux avantages d’un récupérateur d’eau de pluie sur gouttière ?

Voici les avantages que procure la récupération d’eau de pluie sur vos gouttières :

Avantages
✅Préserver l’environnement et la ressource sans réduction de confort.
✅Économiser de l’eau et donc de l’argent.
✅Se protéger des futures restrictions.
✅Ne plus subir l’inflation (augmentation fort probable des tarifs) : peut également être très rentables pour les professionnels à forte consommation comme les agriculteurs.
✅Faire un investissement très rentable et durable.
✅Équipement facile à entretenir.
✅Limiter les risques de ruissellement, d’inondation et d’appauvrissement du sol.
✅Irriguer son jardin avec de l’eau à température ambiante et sans traitement : idéal pour le bien-être de vos plantes.
✅Possibilité d’installer un arrosage automatique gravitaire : faible coût, entretient limité et risque de panne quasi nul.
✅Se constituer un stock d’eau multi-emploi et gratuit.
✅Réduire le gaspillage d’eau buvable pour les usages qui n’en nécessite pas (chasses d’eau, jardin, machine à laver).
✅Protéger ses équipements électroménagers grâce à une eau de pluie qui n’a pas de calcaire.
✅Réduire les risques de canalisations bouchées par le tartre. (Coût d’intervention de 250 €)
✅Se laver à l’eau de pluie nécessite la mise en place d’une potabilisation réglementaire. Vous pourriez ainsi préserver votre peau des irritations grâce à une eau non calcaire.
✅De même en vous équipant d’un système de potabilisation, vous pourriez également préserver votre santé grâce à une eau de meilleure qualité. Les études montrent en effet que la qualité de l’eau du réseau en France ne cesse de se dégrader avec en particulier de plus en plus de pesticides. Bien sûr, vous devrez faire analyser votre eau de pluie avant toute consommation.
✅Augmenter votre résilience et votre autonomie
✅Se sentir bien car un acte militant et engagé pour la planète, ça valorise.

Comment fonctionne la récupération d’eau de pluie ?

Le principe de récupération d’eau pluviale est assez simple et c’est justement ce qui en fait un investissement malin, fiable, durable et facile à entretenir. La plupart des bâtiments sont équipés de gouttières qui assurent la collecte des eaux pluviales de toiture. Au lieu de laisser s’échapper cette précieuse ressource dans un puits perdu ou pire en la faisant ruisseler sur le sol comme c’est encore le cas pour de trop nombreuses habitations anciennes, un dispositif de récolte des eaux pluviales va tout simplement rediriger cette eau de toiture dans une cuve à eau.

Vous stockez donc l’eau de pluie collectée par votre toiture pour l’utiliser plus tard. Bien entendu, il est primordial d’ajouter un trop-plein sur votre récupérateur afin d’évacuer l’eau une fois votre réserve pleine.

Sur la vidéo, vous voyez le principe de fonctionnement le plus simple, c’est-à-dire la récolte d’eau dans un récupérateur aérien qui servira à l’entretien des espaces vert ou au lavage de la voiture. La complexité des autres installations va ensuite dépendre de ce que vous prévoyez de faire avec votre eau de pluie.

Quelle utilisation pour l’eau de pluie ?

Arroser le jardin

récupérateur d'eau de pluie pour arroser le jardin

Il s’agit du cas le plus simple qui consiste à se constituer une réserve d’eau pour son jardin. Il vous suffit pour cela d’installer votre réservoir à côté d’une gouttière. Vous pourrez ensuite arroser avec un arrosoir, avec une solution gravitaire ou en installant une petite pompe.

Récupérer de l’eau de pluie pour un usage domestique hors eau potable

Vous pouvez également aller beaucoup plus loin et récupérer de l’eau de pluie afin de rendre votre maison la plus autonome possible. À ce jour, la loi vous autorise uniquement à utiliser l’eau de pluie non potabilisée pour tous les usages ne nécessitant pas d’eau buvable. Vous l’utiliserez ainsi partout sauf dans la salle de bains et en cuisine. D’après le centre d’information sur l’eau, vous économiserez ainsi déjà 44% de votre consommation ! 👍

Ce type d’utilisation nécessite un équipement plus important :

  • Cuve à eau de grande contenance et le plus souvent enterrée pour être hors gel.
  • Dispositif de pompage.
  • Filtration et traitement pour l’utiliser dans la machine à laver.
  • Raccordement sur l’installation de la maison.

La collecte de pluie pour votre maison offre ainsi un potentiel de gain pour une famille de 4 personnes de 400 € par ans.

Comment Choisir son récupérateur d’eau de pluie : les 9 étapes clés

Lorsque l’on décide d’agir pour son porte-monnaie et pour la planète en s’équipant d’un récupérateur, il n’est pas toujours facile de trouver la solution la plus adaptée à son besoin. C’est pour cela que je vous propose ce guide d’achat complet.

Nouveau : utilisez mon calculateur et laissez-vous guider !

1 Définissez les usages que vous envisagez pour votre cuve

La première chose à faire est de définir l’usage que vous prévoyez pour votre eau de pluie. C’est essentiel afin d’évaluer la quantité d’eau que vous projetez d’utiliser. Votre besoin ne sera pas le même si vous souhaitez uniquement entretenir vos espaces verts, ou si vous voulez également laver votre voiture, alimenter vos toilettes, etc…

Voici les principaux besoins à prendre en compte :

Cas d’utilisationQuantité à prévoirAide
Arroser son jardinDe 5 à 6 litres par m² par arrosageEstimez la surface de votre jardin que vous souhaitez
irriguer puis multipliez-la par 5 ou 6 et par le nombre
de fois que vous arrosez en moyenne
Nettoyer une terrasseFaible si vous utilisez un balai microfibres et un seau.
Si vous utilisez un karcher, comptez 20 litres par m².
À ne considérer que si nettoyage au nettoyeur haute
pression. Dans ce cas, multipliez la surface de
terrasse par 20 et par le nombre de fois que vous souhaitez le faire.
Laver son automobile Dépend de votre pratique : 15 litres si vous
utilisez un seau et une éponge, 180
litres en moyenne avec un karcher.
Choisissez votre pratique multipliez-la par le nombre
de fois où vous lavez votre voiture.
Nettoyer les sols Dépend de votre usage mais négligeable si
vous utilisez un seau et une serpillière. Encore
plus négligeable avec un balai vapeur.
Tirer une chasse40 L par jour et par personneMultipliez par le nombre de personnes de votre foyer puis par 30 pour obtenir une consomation mensuelle.
Laver son lingeEntre 40 et 80 litres par machine Multipliez cette quantité par le nombre lavage de linge envisagé.

Maintenant que vous avez une idée de votre besoin, passons aux autres paramètres à prendre en compte pour dimensionner votre cuve de stockage d’eau.

2. Mesurez la surface de toiture qui va collecter l’eau

Un deuxième point important est la surface de toiture que vous allez utiliser pour récolter votre eau de pluie. Cela va vous permettre de calculer la quantité de liquide que vous pouvez espérer collecter.

Vous pouvez choisir d’utiliser un seul pan de toit, tous les pans voire même les toits de vos bâtiments annexes si vous en avez. Un garage par exemple. Vous pouvez également prévoir d’investir petit à petit en commençant par récolter l’eau uniquement sur une portion du toit ou uniquement sur un cabanon. Vous pourrez ensuite raccorder tous vos dispositifs ou les maintenir séparés.

Par exemple, vous pouvez mettre une cuve d’eau pluviale qui collecte l’eau du toit d’un garage et l’utiliser pour le jardin et d’un autre côté réaliser une installation pour un usage domestique raccordée aux gouttières de votre maison.

3. Prenez en compte la pluviométrie de votre région

Maintenant que vous avez défini votre surface de collecte, vous allez pouvoir calculer la quantité d’eau récupérable grâce à la pluviométrie de votre région.

Cette dernière est donnée en millimètre. Pour calculer la quantité en m³, vous devez faire le calcul suivant : pluviométrie (mm) /1000 x surface de votre toit (m²). Attention, prenez en compte la pluviométrie et vos besoins de manière saisonnière.

Par exemple, pour l’entretien des espaces verts, vous allez principalement utiliser votre eau de mai à septembre. Il est donc important de prendre en compte l’écart entre la date de collecte et la date d’utilisation. Le plus sûr pour dimensionner correctement votre citerne de récupération de pluie est de raisonner saison par saison en commençant par l’été.

4. Définissez la taille idéale de votre récupérateur d’eau pluviale

Maintenant que vous connaissez votre besoin ainsi que la quantité que vous pouvez espérer collecter saison par saison, vous allez pouvoir définir quelle contenance de citerne d’eau de pluie choisir.

Pour cela, vous devez déterminer la quantité maximale de stockage d’eau de pluie dont vous allez avoir besoin. Cette dernière dépend de tous les éléments précédents (points 1, 2 et 3).

Les principales tailles de réservoirs aériens disponibles sont :

  • Le récupérateur d’eau de pluie de 1000 L
  • La cuve à eau de 600 L
  • Le récupérateur d’eau de 500 L
  • Réservoir d’eau de pluie de 300 L

Ensuite, vous pouvez soit en connecter plusieurs entre eux pour augmenter la capacité de stockage, soit opter pour des cuves enterrées, soit pour des citernes souples qui proposent de très grandes capacités de stockage d’eau.

5. Faut-il opter pour une cuve enterrée, souple, ou pour un réservoir d’eau extérieur ?

Les récupérateurs d’eau proposés sur le marché peuvent être soit aériens, soit enterrés dans votre jardin, ou encore installés dans votre cave ou votre vide sanitaire. Voici les avantages et les inconvénients de chaque solution.

Le réservoir aérien

Il s’agit de la solution la plus populaire. Facile à installer, cette solution de collecte d’eau de pluie consiste à installer une cuve de récupération d’eau à côté d’une gouttière. Ce réservoir est raccordé à cette dernière via un collecteur muni d’un filtre rudimentaire. Cette installation est très pratique, peu onéreuse et facile à maintenir.

Avantages du récupérateur de pluie aérienPoints faibles
✅Faible coût d’investissement❌Non utilisable en période de gel
Entretient très facile : uniquement un nettoyage à l’aide d’un tuyau d’arrosage❌Peut poser un problème esthétique.
Solution complète : vous n’avez qu’à ouvrir le robinet pour récupérer de l’eau.
✅Permet un arrosage en gravitaire si la configuration de votre terrain le permet
Modulable dans le temps : vous pouvez ajouter des cuves et les connecter ensembles si besoin
✅Idéal pour des installations séparées. Par exemple, mettre un récupérateur par pan de toit.
✅Peut être équipé d’une petite pompe de surface pour arroser ou alimenter des appareils.
✅Utilisable sur balcon
✅Stocke l’eau à la température ambiante du jardin : parfait pour irriguer les plantes.

La Cuve enterrée

Vous pouvez également opter pour une cuve de rétention d’eau enterrée. Ce type de solution beaucoup plus onéreuse offre en revanche des capacités de stockages bien plus importantes. C’est une bonne solution si vous souhaitez être le plus autonome possible.

Voici les principaux avantages et inconvénients de cette solution.

Avantages de la citerne d’eau enterréePoints faibles
✅Utilisable toute l’année : la réserve est protégée du gelMise en place complexe nécessitant d’importants travaux de terrassement : réalisation d’un trou plus grand que la citerne de 20 à 30 cm sur tous les côtés et plus profond d’1 mètre minimum par rapport à la hauteur de la citerne.
✅Très grande capacité de stockage Contraintes de positionnement : proximité d’une gouttière, de la canalisation d’entrée d’eau de votre maison et assurer le respect d’une distance minimale de 1,20 m avec votre maison.
✅Solution esthétique ❌Nécessite une pompe et une filtration.
✅Ne prend pas d’espace au sol. ❌Il est recommandé de faire appel à un professionnel
✅Permet de belles économies❌Fort coût d’investissement.
✅Possibilité de la choisir en béton et d’ainsi neutraliser l’eau de pluie.

La Citerne souple

Enfin, vous pouvez également opter pour une citerne souple. Il s’agit d’une grande poche en plastique que vous allez pouvoir remplir. Une réserve souple d’eau de pluie peut être soit posée sur le sol, soit sous une dalle ou mieux dans le vide sanitaire. Cette dernière configuration est idéale puisque vous bénéficiez ainsi d’une mise en place très peu coûteuse qui ne prend pas d’espace et qui résiste au gel. Vous avez un vaste choix de volume de stockage allant de 50 à 30 000 litres.

C’est donc une très bonne solution à la fois pour les petits besoins comme pour les projets ambitieux d’autonomie complète hors eau buvable. Voici les avantages et inconvénients de cette solution :

Avantages de la citerne souplePoints faibles
✅Facile et peu coûteuse à installer❌Nécessite une pompe
✅Solution la moins chère par rapport à la capacité de stockage❌Besoin d’un système de filtration pour usage domestique.
✅Utilisable toute l’année pour la plupart des modèles, surtout si installé dans un vide sanitaire ou sous une dalle ou une terrasse. ❌Peu esthétique et prend beaucoup de superficie si elle n’est pas positionnée dans le vide sanitaire ou sous une terrasse.
✅Très grande capacité de stockage
✅Solution esthétique lorsqu elle est cachée
✅Ne prend pas d’espace au sol si installée dans le vide sanitaire ou sous une terrasse.
✅Permet d’importantes économies.

La citerne souple d’eau de pluie est donc la meilleure solution pour couvrir un grand besoin en eau dès lors que vous pouvez la dissimuler à moindre coût.

Bilan

En résumé, voici la synthèse des 3 solutions :

SolutionCapacité de stockageModulablePourContre
Récupérateur aériende 50 L à 1 m³Oui, possible de connecter
facilement un nombre illimité de cuves
Prix faible
Mise en place et entretien facile
Non utilisable en période de gel
Esthétique (hors récupérateurs design)
Citerne souple de 50L à 2000 m³OuiInvestissement modéré
Idéal pour tout type d’utilisation
Si posée dans le jardin : non esthétique + consomme de l’espace
Cuve enterréede 1 à 40 m³Non (pas sans gros travaux)Idéal pour tendre vers l’autonomie
Installation durable
Budget élevé et retour sur investissement très long
Nécessite l’intervention d’un professionnel

6. Choix de la matière d’une réserve d’eau de pluie

Vous devrez ensuite choisir la matière de votre cuve. Voici les 3 principales possibilités :

La cuve en plastique

Récupérateur d'eau de pluie aérien

C’est la solution la plus utilisée pour les récupérateurs aériens ainsi que pour les cuves enterrées. Cette solution est très économique et vous pouvez même opter pour une solution écologique grâce aux récupérateurs d’eau en polyéthylène recyclé.

💡Astuce : Si vous optez pour une cuve sur palette, choisissez de préférence une palette et une cage de protection métallique. Un peu plus cher à l’achat, elle durera à vie alors qu’une palette en bois devra être régulièrement changée. La cage métallique vous permettra de faire pousser une belle plante grimpante afin d’intégrer votre récupérateur dans le paysage.

Le textile souple

C’est la matière utilisée pour fabriquer les citernes souples dont je vous ai déjà présenté les avantages et inconvénients.

Le béton

Le béton est très utilisé dans le cas des cuves enterrées. Cette solution est beaucoup plus chère à l’achat mais est également plus durable. Bien entendu, vous devrez faire appel à un professionnel pour l’installer. En plus de son excellente résistance aux mouvements de terrain, la citerne en béton offre un deuxième excellent avantage. Il s’agit de la neutralisation de l’eau de pluie. En effet, cette dernière est naturellement acide. Une citerne en béton va automatiquement la ramener à un Ph neutre.

7. Le design et la couleur

Enfin, vous pouvez choisir un récupérateur en fonction de sa couleur et de son esthétique afin qu’il s’intègre le mieux possible à votre extérieur.

Les fournisseurs ont créé une catégorie de récupérateur d’eau design qui vous offre de nombreuses possibilités :

  • Récupérateur d’eau de pluie plat
  • Récupérateur en forme de jarre, d’amphore, de tonneau
  • De nombreuses couleurs : gris, anthracite, blanc, noir, beige
  • Un récupérateur en terre cuite

Vous avez donc un vaste choix qui vous permet de choisir un récupérateur d’eau esthétique.

💡Astuces :

  • Privilégiez le plastique noir ou sombre sur les récupérateurs aérien. Vous empêcherez ainsi la lumière de pénétrer dans votre récupérateur et réduirez fortement le risque d’apparition d’algues.
  • Les réservoirs plus hauts que large sont moins stables, mieux vaudra donc opter pour un bac le plus large possible. Sinon, pensez à lui ajouter une fixation.

8. Le budget : combien coûte une solution de récupération d’eau pluviale ?

Bien sûr vous devrez adapter votre choix à votre budget. Le prix d’un récupérateur d’eau va dépendre de beaucoup de facteurs :

  • Récupérateur Aérien : de 70 € pour un petit modèle de récupérateur d’eau pas cher à 900 € pour les gros modèles design. Le prix moyen pour une cuve de 1000 L avec accessoires est d’environ 250 euros.
  • Cuve enterrée : l’achat, la pose et le raccordement représentent un coût allant de 5000 à 6000 €.
  • Citerne souple : de 100 € pour les petites capacités à 1500 € pour 30 m³.

La solution la plus économique et idéale pour débuter est donc l’achat d’un récupérateur aérien. Ensuite, pour les stockages de grande contenance, le plus compétitif est de choisir une citerne souple. Et si vous avez un vide sanitaire qui peut l’accueillir, c’est vraiment la solution à privilégier.

9. Les autres points à prendre en compte

La hauteur du robinet de puisage

Point important pour les modèles aériens uniquement. Si vous souhaitez vous passer de pompe, pensez à surélever votre réserve afin de pouvoir positionner un arrosoir sous le robinet. C’est également un point à prendre en considération, dans le cas où votre terrain s’y prête, pour mettre en place un arrosage gravitaire.

récupérateur d'eau de pluie pour arroser le jardin
Solution que j’utilise pour irriguer mon potager en gravitaire, couvert par une jolie passiflore.

La garantie

C’est un point à ne pas négliger. Certains récupérateurs sont vendus sans garantie. D’autres sont garantis 2 ans, 5 ans et dans certains cas 50 ans. Privilégiez donc les modèles offrant la meilleure garantie. Vous y gagnerez largement sur le long terme.

Les accessoires fournis ou pas

La plupart des récupérateurs sont vendus sans accessoire. Il peut donc être intéressant de privilégier une offre tout compris.

Les 4 accessoires indispensables

Pour une solution de collecte basique, vous aurez besoin au minimum :

  • D’un récipient,
  • D’un dispositif de trop-plein si le récupérateur n’est pas équipé
  • D’un collecteur d’eau de pluie : il s’agit du système que vous allez installer dans votre gouttière et qui va rediriger l’eau vers votre récipient. La plupart des modèles intègrent un système de trop-plein.
  • Un socle pour surélever la réserve : Indispensable pour pouvoir remplir un arrosoir. À noter que vous pouvez très bien utiliser 8 parpaings en substitution (4 pieds de 2 parpaings couchés conviendront).
Les autres éléments fortement recommandés

Ce n’est pas strictement obligatoire mais je vous recommande fortement d’étudier la mise en place de ces autres composants :

  • Mettre des crapaudines dans vos gouttières : permet d’arrêter les gros objets tels que feuilles mortes, bâtons, etc. Je vous recommande d’ailleurs d’en mettre que vous installiez une collecte de pluie ou pas.
  • Achat d’une pompe électrique de surface : Sur les modèles enterrés, vous n’avez pas le choix. Mais cet investissement est également très utile dans le cas d’un collecteur aérien. Il vous permet d’acheminer l’eau avec une pression correcte à l’endroit où vous en avez besoin. Par exemple chez moi, j’utilise uniquement un arrosage gravitaire au potager. Sauf que ce dernier est loin de mon point de collecte. J’ai donc mis en place une réserve au point le plus haut de mon potager. Je la remplis à partir de ma collecte d’eau pluviale via une pompe de surface. Ainsi, je n’utilise la pompe que 6 fois par an et le reste du temps, je bénéficie d’une eau à la bonne température et qui me permet d’utiliser un goutte-à-goutte gravitaire au jardin.
  • Un système de filtration pour améliorer la qualité de l’eau (plutôt utile pour alimenter la maison : filtre charbon actif, osmoseur, etc…)
  • Un robinet avec raccord pour tuyau
  • Une jauge de niveau
crapaudine sur gouttière
Crapaudine installée chez moi

La marque

Ensuite, choisissez une marque fiable. Pour cela, vous pouvez utiliser mon comparatif ou des comparateurs sérieux tels que l’UFC Quechoisir. Les meilleures marques les plus recherchées sont :

  • Belli
  • Garantia
  • Eda
  • Graf

En appliquant ces 9 étapes, vous devriez être en mesure de choisir le meilleur récupérateur de pluie adapté à votre besoin.

Pourquoi acheter un récupérateur d’eau de pluie sur internet ?

Il y a plusieurs avantages à acheter son récupérateur sur le Web.

Un large choix

Tout d’abord, vous bénéficiez d’un très large choix. Bien plus grand que si vous allez à Leroy Merlin ou chez Bricoman. Par exemple, lorsque j’ai voulu acheter une cuve 1000 L avec palette en métal et plastique noir, je ne l’ai trouvé que sur le Net. Les magasins de bricolages ne me proposaient que des cuves blanches avec palette en bois. J’ai donc commandé ce récupérateur sur Amazon et j’en suis très content.

Les autres avantages

  • Vous pouvez comparer les prix et sélectionner la meilleure offre
  • En utilisant un site spécialisé tel que le mien, vous êtes guidés pas à pas et pouvez définir sereinement votre installation.
  • Lors de votre dimensionnement et de votre commande, vous êtes chez vous sur place : idéal pour vérifier un détail. En magasin, vous êtes bon pour un nouvel aller-retour.
  • La livraison est incluse dans le prix. Personnellement, je n’ai pas de remorque. Faire rentrer un produit d’1m³ dans ma voiture n’était pas une option et pourtant, j’ai un break. Bref, si je ne peux pas transporter le récupérateur moi-même, quelle utilité d’aller dans un magasin ? Autant acheter moins cher en ligne.

Où et comment installer son système de collecte d’eau de pluie ?

Où positionner sa cuve à eau aérienne ?

Il est très simple, rapide et facile d’installer une cuve de rétention d’eau de pluie. La première chose à faire est de la placer à proximité immédiate de la descente de gouttière sur laquelle on va installer le collecteur. Si vous avez le choix entre plusieurs gouttières, voici quelques astuces pour déterminer la meilleure :

  • Avez-vous une descente d’eau pluviale à côté de laquelle votre récupérateur ne vous gênera pas esthétiquement ?
  • Choisissez de préférence celle qui collecte la plus grande surface de toit.
  • Enfin, choisir la descente située à l’endroit le plus haut possible vous permettra de profiter de la gravité pour acheminer votre eau.

Comment mettre en place le système de collecte d’eau pluviale en 13 étapes ?

  1. Terrasser votre terrain pour le rendre bien plat, horizontal et lisse. Personnellement, j’utilise une pioche pour enlever l’herbe, et les cailloux. Ensuite, un râteau pour aplanir et enfin une petite poutre en bois de récup et un niveau pour vérifier l’horizontalité.
  2. Bien tasser le terrain pour vous assurer que rien ne bougera. Pour cela, j’utilise une masse et je tape sur la petite poutre. Ensuite, n’oubliez pas de revérifier l’horizontalité et de corriger si nécessaire.
  3. Installer votre système de surélévation : un socle dédié ou des parpaings. N’utilisez surtout pas de palettes en bois : vous seriez obligé de les changer au bout de quelques années car elles auront pourri. De plus, vous risqueriez également de casser votre système car une palette pourrie pourrait déstabiliser votre réservoir et faire tomber l’ensemble.
  4. Installez le robinet du puisage sur votre bac (le plus souvent, il est prépercé). Il est parfois nécessaire d’être 2 pour cette opération. Personnellement, je préfère toujours opter pour un robinet qui permet ensuite de brancher un raccord pour tuyau.
  5. Positionnez le récupérateur d’eau sur son support.
  6. Percez la réserve pour installer l’arrivée d’eau du récupérateur. Vous pouvez utiliser soit une mèche plate, soit une scie cloche, qui est parfois fournie dans le kit.
  7. Installer le tuyau, et veillez à bien positionner le joint d’étanchéité.
  8. Positionnez et repérez l’emplacement où vous allez installer le collecteur de pluie sur la descente de gouttière.
  9. Percez la descente, d’abord avec une mèche à bois, puis avec une scie cloche généralement fournie avec le kit.
  10. Collez le joint d’étanchéité autour du trou réalisé
  11. Ensuite, mettez en place le dispositif de bridage et insérez l’écope du récupérateur par le trou que vous venez de percer dans votre descente.
  12. Raccordez l’ensemble
  13. Mettez en place un trop-plein.
💡Mes astuces
  • Pour insérer l’écope plus facilement vous pouvez utiliser du liquide vaisselle.
  • Fixez votre réservoir. Ce n’est pas obligatoire mais personnellement, j’aime dormir sur mes deux oreilles. J’installe toujours une fixation pour m’assurer que le dispositif ne tombe pas par grand vent. Sur un mur, vous pouvez par exemple mettre en place une fixation avec un piton dans votre mur et du fil de fer discret. Veillez également à bien fixer le couvercle fourni si votre modèle en nécessite un.
récupérateur d'eau de pluie en pente

Lorsque j’installe une cuve, Je la pose systématiquement en légère pente, avec bien sûr le robinet de puisage en bas afin de faciliter la vidange.

Olivier, fondateur de récupérateurdeaudepluie.net

Est-il légal de faire de la récupération d’eau pluviale ?

Cette démarche est tout à fait autorisée en France. En revanche, l’arrêté du 21 Aout 2008 qui définit la réglementation de la récupération de pluie stipule que cette collecte doit être faite sur des toitures inaccessibles.

Ensuite, l’usage de cette eau non potabilisée est strictement réglementé et n’est autorisé que pour :

  • Tous les usages extérieurs tels que l’irrigation et le lavage des véhicules
  • L’alimentation des chasses d’eaux
  • Le lavage des sols
  • L’alimentation du lave-linge sous réserve de traitement de l’eau de pluie en amont.
  • Les usages industriels ne nécessitant pas une eau potable.

À noter qu’utiliser de l’eau de pluie pour le lave-linge n’est à ce jour autorisé qu’à titre expérimental. Un traitement est obligatoire, notamment la désinfection.

Enfin, si votre installation est raccordée au réseau d’assainissement collectif, c’est-à-dire que vous rejetez ces eaux dans les égouts, vous devez obligatoirement faire une déclaration sur papier libre en mairie auprès du réseau d’assainissement collectif. C’est donc le cas si vous l’utilisez pour tirer la chasse par exemple.

Comment entretenir son système de collecte d’eau de pluie ?

L’entretient d’un dispositif de récolte d’eau de pluie est impératif mais très simple et rapide. Il consiste à :

  • Vider et nettoyer votre réservoir à l’aide d’un tuyau, d’un nettoyeur haute pression ou avec une brosse.
  • Démonter et nettoyer votre collecteur
  • Nettoyer les filtres : les crapaudines, le filtre à l’entrée de la réserve, le système de filtration. Il suffit d’enlever les débris et de nettoyer à l’eau claire.

Si vous réalisez ce type d’opération une à deux fois par an, vous devriez conserver une installation saine et une eau claire et sans odeur.

Nettoyage d’un collecteur d’eau de pluie en vidéo sur la chaîne de Récupérateurdeaudepluie.net

Afin de sélectionner le meilleur modèle qui correspond exactement à votre besoin, n’hésitez pas à consulter mes comparatifs des meilleurs produits !

Découvrez mes comparatifs des meilleurs récupérateurs d’eau de pluie classés par volume :

Ma sélection des meilleurs récupérateurs d’eau de pluie par type et prix:

Comparatifs des accessoires essentiels :

Sources utilisées :

  1. Le centre de l’information sur l’eau :
    • Le stress hydrique : sa définition, ses causes et ses conséquences“, article de Marillys Macé, directrice générale du centre d’information sur l’eau : https://www.cieau.com/eau-transition-ecologique/enjeux/quest-ce-que-le-stress-hydrique-comment-y-repondre/#:~:text=Ce%20terme%20de%20%C2%AB%20stress%20hydrique,eau%20saum%C3%A2tre%2C%20etc.).
    • “Qu’elle est la consommation d’eau moyenne par ménage?” article de Marillys Macé : https://www.cieau.com/le-metier-de-leau/ressource-en-eau-eau-potable-eaux-usees/quels-sont-les-usages-domestiques-de-leau/#:~:text=ZOOM%20SUR%E2%80%A6%20la%20consommation%20d,litres%20d’eau%20par%20jour.
  2. CNRS.fr, “Situation mondiale, y-a-t-il un risque de pénurie” : https://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/mondial/04_risque.htm
  3. Notre environnement.gouv.fr, “Les précipitations et l’eau disponible“, source par Météo-France : https://www.notre-environnement.gouv.fr/rapport-sur-l-etat-de-l-environnement/themes-ree/pressions-exercees-par-les-modes-de-production-et-de-consommation/prelevements-de-ressources-naturelles/eau-douce/article/les-precipitations-et-l-eau-disponible#:~:text=En%20France%20m%C3%A9tropolitaine%2C%20les%20pr%C3%A9cipitations,normales%20climatologiques%201981%2D2010).
  4. Les services d’État dans les Pyrénées-Orientales, “Mesures de restriction sur l’usage de la ressource en eau“, article du 6/04/2023 : https://www.pyrenees-orientales.gouv.fr/Actions-de-l-Etat/Environnement-eau-risques-naturels-et-technologiques/Eau-et-Peche/Reglementation-de-l-Eau/Secheresse/Mesures-de-restrictions-sur-l-usage-de-la-ressource-en-eau#:~:text=Le%20pr%C3%A9fet%20des%20Pyr%C3%A9n%C3%A9es%2DOrientales,50%20%25%20par%20rapport%20aux%20droits
  5. Economie.eaufrance.fr, “Consomation journalière d’eau potable par français“, article du 27/03/2023 données SISPEA : https://economie.eaufrance.fr/chiffres-cles/consommation-journaliere-deau-potable-par-francais#:~:text=En%202020%2C%20l’Observatoire%20des,par%20habitant%20et%20par%20an.
  6. Le monde, “La qualité de l’eau se dégrade encore en France“, article du 18 octobre 2017 de Martine Valo, journaliste spécialiste des questions environnementale et particulièrement des problématiques liées à l’eau : : https://www.lemonde.fr/pollution/article/2017/10/17/la-qualite-de-l-eau-se-degrade-encore-en-france_5201907_1652666.html#:~:text=Sur%2053%20%25%20des%20points%20de,temps%20avant%20d’%C3%AAtre%20touch%C3%A9es.
  7. Ministère de la santé et de la prévention, “Usage domestique de l’eau de pluie“, article du 21/02/2023 rédigé par la direction générale de la santé : https://sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/usage-domestique-d-eau-de-pluie
  8. LégiFrance, “Arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments”, loi en vigueur au 22/08/2023, ratifiée par le ministre de l’écologie de la république Française Jean-Louis Borloo.

FAQ

2.4/5 - (5 votes)
Récupérateur d'eau de pluie